Pourquoi le Droit Individuel à la formation peine à s’imposer ?

0
621
Pourquoi le Droit Individuel à la formation peine à s’imposer ?

Né depuis près de 8 ans, le DIF n’a pas encore, selon une étude du Céreq, remporté le succès escompté. En effet, alors que le Droit Individuel à la Formation est ouvert à tous les salariés, ils ne sont que 6% à peine à en faire usage, pour des formations moyennes d’une vingtaine d’heures.

 

Quelles sont les causes probables de cette désaffection ?

Absence de dialogue

Le salarié est-il au courant du dispositif du DIF ? Les études à ce sujet divergent. Dans tous les cas, même dans les entreprises où le dispositif est connu, peu de salariés l’utilisent. Le manque d’information, de dialogue et de management entre le salarié et son entreprise seraient ainsi en cause. De plus, les entretiens individuels, qui pourraient être une occasion d’aborder le sujet, ne sont pas généralisés au sein des entreprises, et tout particulièrement au sein des entreprises de petites tailles.

 

● Refus de l’entreprise

Autre facteur de frein, le Droit individuel à la Formation est soumis à l’approbation de l’employeur, et il n’existe pas de recours solide pour le salarié pour le faire appliquer.

Au bout d’un mois sans réponse négative de la part de l’entreprise, le DIF est considéré comme accepté d’office. Cependant, l’employeur peut refuser la demande du salarié pendant deux ans, sans avoir besoin de motiver sa décision. En cas de refus, au bout de ces deux ans, le salarié peut adresser sa demande à l’Organisme Paritaire Collecteur de son entreprise. Si l’organisme considère que la demande répond à des critères et des priorités légitimes et qu’il l’accepte, la facture sera alors envoyée à l’entreprise. Cette action de formation devra alors être définie par un accord écrit entre le salarié et son employeur.

 

Pourquoi former ses salariés ?

 

● Pour investir dans son capital humain

Le DIF peine à s'imposer

Souvent négligé, le capital humain est un facteur de compétitivité important.

Former ses salariés permet d’être plus réactif aux évolutions de son marché, et de disposer ainsi d’employés polyvalents, qui peuvent faire progresser leurs compétences pour répondre à ces changements.

 

● Pour limiter le turn over

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, former ses salariés ne conduit pas à une fuite des compétences, au contraire. Lorsque le salarié est épanoui, lorsqu’il peut apprendre de nouvelles choses, lorsqu’il se considère reconnu et valorisé par son entreprise, il a davantage tendance à y rester.

Avec près de 45000 organismes et centres de formation en France, entreprises et employés n’ont que l’embarras pour choisir une formation parmi les 15 000 titres et diplômes disponibles.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here